Feuillet du 21 janvier 2018

3e dimanche du temps ordinaire : 21 JANVIER 2018 ANNÉE (B)

LAMPE DU SANCTUAIRE  du 21 janvier : Gaby Breton

INTENTIONS DE PRIÈRE

 

NOS DÉFUNTS

Dimanche 21 janvier

9 h : Feu parents défunts Huppé et Bilodeau – Nicole et Irénée Bilodeau

Dimanche 28 janvier : 4e dimanche du temps ordinaire année (B)

9 h : Feu Jonathan Belley – parents et amis

 

NOS MALADES

Jules Cadorette

 

EN SEMAINE

Mercredi 24 janvier : Saint François De Sales

18 h 30 : Feu Adélard Vachon – parents et amis.

 

 

PAROLES DE DIEU DE CE JOUR

1ère lecture : Jonas, 3, 1-5, 10 : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message  que je te donne sur elle.»   …Les gens de Ninive, tous, du plus grand au plus petit, se vêtirent de toile à sac et se détournaient de leur conduite mauvaise.»

Psaume 24(25) : « Seigneur, enseigne-moi tes chemins.»

 2e lecture : 1 Cor 7, 29-31 : « Je dois vous le dire: le temps est limité» 

A quelle fin disposons-nous du temps limité qui nous est accordé par le Seigneur?

Évangile : Mc 1, 14-20 : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est  tout proche.  Convertissez-vous et croyez à l’évangile.  Venez à ma suite.»

 

 

ÉVÈNEMENT À CÉLÉBRER

Célébration de prière pour l’unité chrétienne

 

SELON LE DÉROULEMENT PROPOSÉ PAR DES ÉGLISES DES CARAÏBES


THÈME :

Nous réconcilier.  L’amour du Christ nous y presse (2 Co 5, 14-20)

 

COPRÉSIDENTS :        Révérende Linda Buchanan, pasteure

Monsieur Patrice Grégoire, diacre permanent

ENDROIT :                    Église unie du Canada de Lennoxville

au coin des rues Queen et Church  

DATE :                          DIMANCHE 21 JANVIER 2018

HEURE :                       14 h, suivi d’un petit goûter de partage

 

Point d’interpellation :

L’UNITÉ CHRÉTIENNE DANS NOS FAMILLES A L’ÉPREUVE DES DISPARITES RELIGIEUSES DE LEURS MEMBRES.

À LA LUMIÈRE DE LA PAROLE DE CE DIMANCHE

N’avez-vous pas compris?

Les pages d’Écriture qui nous sont proposées aujourd’hui sont hautes en couleur. D’un côté il y a ce récit nous relatant un épisode de la vie de Jonas. Ce pauvre Jonas parti sans grande conviction convertir les habitants de la ville de Ninive. L’évangile pour sa part propose deux choses : une petite formule qui ramasse l’essentiel de la prédication de Jésus et un bref récit nous racontant la cueillette des premiers disciples. Enfin il ne faut pas oublier saint Paul qui, à l’entendre, est bien convaincu que la fin des temps est pour ce soir! Mais le tout n’est pas sans fil conducteur.

Il y a d’abord Jonas. Son aventure nous est racontée dans un texte datant vraisemblablement du Ve siècle avant Jésus Christ. Il nous invite à retenir qu’un prophète osa parler de conversion urgente à une ville corrompue et que cette ville fut attentive au message. Qui plus est, elle opère contre toute attente la conversion demandée.

Or, cinq siècles plus tard, lorsque Jésus prêche, il tient le même langage. Toute sa prédication d’ailleurs, a très tôt été condensée dans une formule retrouvée fréquemment dans les évangiles : Les temps sont accomplis, le règne de Dieu est tout proche, convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle!

Autre élément intéressant, la suite de l’évangile nous présente Jésus en train de recruter des disciples pour continuer la tâche afin que son appel se répande à la grandeur du monde.

Ainsi, au temps de Jonas, c’est-à-dire, en remontant loin dans le temps, on parlait déjà de conversion. Jésus en a parlé lui aussi, comme d’une urgence. C’est pourquoi très tôt il a cherché des disciples et les a formés pour prendre le relais et relever le défi de la conversion.

Car il s’agit bien d’un défi. Parler de conversion, c’est parler de retournement, de retrouver l’essentiel, de changer nos regards et nos façons de faire. Mais ça fait peur, ça agace, ça dérange. Parler de conversion n’a pas bonne presse. Il suffit de penser aux climato sceptiques ou à la curie grognarde qui supporte mal un pape qui ne fait que mettre en place ce que les cardinaux avaient demandé au futur évêque de Rome lors du conclave. Pour se laisser parler de conversion, il faut savoir se faire humble. La conviction du vrai disciple, c’est qu’il se sait pécheur. L’orgueilleux, le suffisant, celui qui ne se croit pas comme le reste des hommes, se convertit difficilement car il ignore ses faiblesses et ses erreurs. Et pourtant il y a urgence.

Avant-hier c’était Jonas qui invitait à la conversion. Hier c’était Jésus. Aujourd’hui ils s’appellent François et tous ces courageux prophètes qui portent le souci de l’humanité. Fais Seigneur que nous ne restions pas sourds à leurs appels.

Jacques Houle, c.s.v.

 

Pensée de la journée

Quels seront les apôtres des Ninives du monde moderne? Ceux-là qui accepteront de sortir d’eux-mêmes et de leurs idées toutes faites sur Dieu et le prochain, pour rencontrer les autres, avec cette conviction que Dieu les a précédés et que la grâce les attend.

Simon Faivre

 

Pensée de la semaine :

 Venez à ma suite, leur dit Jésus. Peut-être n’avons-nous pas encore bien réalisé qu’être chrétien ce n’est pas seulement dire le Credo, aller à la messe et essayer de vivre une morale : c’est suivre le Christ.

André Sève

 

Hits: 61

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 
%d blogueurs aiment cette page :
Click to listen highlighted text!