Feuillet du 19 mai 2019

Dimanche 19 mai : Cinquième dimanche de Pâques année C 

LAMPE DU SANCTUAIRE  Gaby Breton

INTENTIONS DE PRIÈRE

NOS DÉFUNTS

Dimanche 19 mai

9h: Feu Noël Boucher-la famille

 

Mercredi 22 mai

8h30: Feu Rachel Lebel-Jean

 

Dimanche 26 mai

9h: Feu Jean-Marc Demers-Denis et Manon Demers

 

ÉVÈNEMENTS À CÉLÉBRER

 

  1. Ce dimanche 19 mai à 10h30 : Sacrement de confirmation à la paroisse Saint Jean- Baptiste de Sherbrooke pour les jeunes confirmands de notre paroisse ayant complété leur de catéchèse d’éveil et de fidélité à leur foi chrétienne. Une célébration d’accueil et d’action de grâces est envisagée à l’intention de tous les jeunes de notre paroisse qui ont célébré leur premier pardon, première communion et confirmation ainsi que de leurs parents, à une date à confirmer, probablement le dimanche 26 mai à 9h00.

 

  1. Collecte nationale pour les œuvres de la charité et de la pastorale du pape. « Avec les fonds de cette collecte, le pape peut, au nom de tous les chrétiens catholiques, subvenir à divers secours d’urgence dans le monde, en plus d’aider certaines Églises particulières et d’assurer le bon fonctionnement des organismes de l’Église universelle.» (Ordo 2019, p.220)

 

PAROLES DE DIEU DE CE DIMANCHE

1ère lect : Actes, (14,21-27) : «Ayant réuni l’Église, ils (Paul et Barnabé) rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.»

 Importance des rencontres et communications à caractère apostolique et communautaire des animateurs de la première chrétienne

 

 Psaume : 144(145) : « Mon Dieu, mon Roi, je bénirai ton nom; a jamais ! »

Un cri de louange et d’action de grâce à Dieu, pour ses actes et gestes de bienfaisance envers tous ceux qui invoquent son saint nom.

  

2ième lect : Apocalypse, (1,1-5) : « Il essuiera toute larme de leurs yeux »

Bienveillance de Dieu révélée dans ce passage biblique par son cœur et ses gestes de compassion divine dans les durs moments de cris de désarroi et de pleurs.

 

Évangile : Jean, (13,31-33.34-35) : « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres.»

L’amour évangélique du Christ, coulé sous forme de règle d’or de la vie de toute discipline du Christ : elle imprègne et régit ses actes et gestes et toutes ses activités,

 

L’amour crée du neuf.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, disait le vieux sage de la Bible, quelque peu désabusé (Qo 1,9). Il avait un peu raison, car la nouveauté radicale est rare. Bien sûr, les voitures électriques vont changer quelque chose et protéger l’environnement. Mais une voiture reste une voiture qu’elle soit propulsée par une pile au lithium ou par le pétrole… Bien sûr, mon téléphone portable me présente des images instantanément… Mais à part la vitesse, l’être humain a toujours aimé et créé des images, comme on le voit sur les murs des grottes de Lascaux…

La vraie nouveauté

La seule vraie nouveauté n’est pas au niveau de ce qu’on a, ni même de ce qu’on fait, mais de ce qu’on est. C’est la nouveauté offerte par Jésus à ses disciples. Il veut faire d’eux une humanité nouvelle, formant une communauté de vie nouvelle. C’est pourquoi il leur communique son propre Esprit, son énergie intérieure qui peut tout renouveler et qui permet d’aimer à la manière même de Jésus : Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés (Jn 13,34). Jésus va plus loin: le signe distinctif de ses disciples ne consistera pas à se vêtir différemment des autres, ou à adopter un régime alimentaire différent des autres, mais à vivre des rapports nouveaux les uns avec les autres : Ce qui montrera à tous que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres (Jn13, 35). Un ancien texte datant de la fin du IIe siècle essaie de faire comprendre à un païen, Diognète, ce que sont les chrétiens :

Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les coutumes. Ils se conforment aux usages locaux pour les vêtements, la nourriture et le reste de l’existence, tout en manifestant les lois extraordinaires et vraiment paradoxales de leur manière de vivre. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens et supportent toutes les charges. Ils se marient comme tout le monde et ont des enfants. Ils aiment tout le monde. On les insulte et ils bénissent, on les outrage et ils honorent.

(De la Lettre à Diognète, nn. 5‑6)

Les petits pas de la nouveauté

Mon amie Thérèse me racontait ceci. Quelque temps après avoir rencontré un de ses neveux aux funérailles de son mari, elle lui téléphona pour lui souhaiter un joyeux anniversaire. En lui parlant, elle lui suggéra : « Écoute Stéphane, si tu es d’accord, demain, je prends le métro, je vais te rejoindre et nous allons dîner ensemble. Si nous voulons rester proches, il nous faut créer des rencontres! » L’expression m’a frappé : « créer des rencontres ». Oui, nous avons le pouvoir de créer! Et surtout de créer ce qui compte vraiment : « créer des rencontres » où nos relations se nourrissent et s’approfondissent.

Georges Madore

 

Pensée de la journée :

L’amour ne vieillit pas : il est toujours neuf comme un matin!

Pensée de la semaine :

Notre marque de commerce comme chrétiens devrait être notre amour mutuel.

 

 

 

 

 

 

 

Hits: 13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 
%d blogueurs aiment cette page :
Click to listen highlighted text!