Feuillet du 24 mars 2019

Dimanche 24 mars: troisième dimanche de Carême année C 

LAMPE DU SANCTUAIRE  Un ami de la paroisse

INTENTIONS DE PRIÈRE

 NOS DÉFUNTS

 

Dimanche 24 mars

9h: Feu Ginette Légaré–parents et amis

 

Mercredi 27 mars

8h30: Feu Rollande Clément–Ronald Clément

 

Dimanche 31 mars

9h: Feu Gaston Grimard–parents et amis

 

ÉVÈNEMENTS À CÉLÉBRER

 

  1. Samedi 23 mars : souper spaghetti des Chevaliers de Colomb au Centre multifonctionnel
  2. Mardi 26 mars : Rencontre des parents pour inscription et renseignements pour le sacrement de Confirmation
  3. Samedi 30 mars à 19h00 : messe en mémoire de feu Régent Fréchette, ancien marguillier. Tous les marguilliers de la fabrique et acteurs pastoraux de notre paroisse sont invités à y participer ainsi la parenté de Régent .Fréchette.
  4. La femme donne au monde la splendeur de sa beauté

Dans son twitter du 8 mars dernier marquant la journée internationale de la femme, le pape François rend à cette dernière cet hommage ; «La femme est celle qui rend le monde beau, qui le garde et le maintien en vie. Elle y porte la grâce qui fait toute chose nouvelle, l’étreinte qui inclut le courage de se donner.»

 

PAROLES DE DIEU DE CE DIMANCHE

 

1ère lect : Exode (3,1-8.10.13-15)

«J’ai vu, oui j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu ses cris sous les coups des surveillants. Oui je connais ses souffrances, je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de ce pays vers un beau et vaste pays, vers un pays ruisselant de lait et de miel. Maintenant donc, va ! Je t’envoie chez Pharaon: tu feras sortir d’Égypte mon peuple. »

 

 Psaume : 102 (103) : « Le Seigneur est tendresse et pitié. »

 

 2ième lect : 1 Corinthiens (10,1-6.10-12)

« Je ne voudrais pas vous laisser ignorer, que lors de la sortie d’Égypte, nos pères étaient tous sous la protection de la nuée, et que tous ont passé à travers la mer. Tous, ils ont été unis à Moïse par un baptême dans la nuée et dans la mer ; tous, ils ont mangé la même nourriture spirituelle ; tous ils ont bu la même boisson spirituelle…»

 

Évangile : Saint Luc (13, 1-9)
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien, je vous dis : pas du tout. Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.» À propos du figuier stérile :
En revanche retenez cette supplication du vigneron au sujet du figuier stérile, «Maître, laissez-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour voir y mettre du fumier. Peut-être donnera- t- il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas. »

 

Une saison de plus            

Comme dit le dicton, il ne faut jamais remettre à plus tard ce que nous pouvons faire aujourd’hui. Mais il arrive trop souvent que nous fassions exactement le contraire quand nous remettons sans cesse une tâche fastidieuse à un autre demain, ou quand on reporte un problème à régler à un éventuel jour favorable. Tout d’un coup on se rend compte que le temps a passé et que rien ne s’est fait.

On trouve un peu cette idée dans le passage d’évangile que nous lisons à la messe de ce dimanche : il ne faut jamais attendre à demain pour se convertir; c’est toujours le moment favorable. Des gens rapportent à Jésus l’affaire de Galiléens que Pilate avait fait massacrer, s’attendant sans doute que Jésus y voit un châtiment divin. Mais non! Il ajoute même le cas de l’effondrement d’une tour – de nos jours ça pourrait être un viaduc. Les victimes non plus ne sont pas coupables d’une faute morale. La leçon que Jésus en tire, c’est l’urgence de se convertir. De nos jours, Jésus aurait pu évoquer des phénomènes météorologiques violents et destructeurs dus aux changements climatiques et faire une sévère mise en garde : convertissez-vous à une manière de vivre plus respectueuse de l’environnement, sinon l’avenir de l’humanité n’est pas garanti.

Avec la parabole du figuier non productif, nous passons de l’urgence de la conversion à la patience confiante envers un arbre fruitier dont on espère quelque fruit, moyennant des soins intensifs. Il est difficile d’identifier qui se dissimule derrière les acteurs de cette parabole : Dieu Père et Jésus (en propriétaire et vigneron), ou bien Jésus (le Seigneur) et un serviteur de la Parole. Quoi qu’il en soit, le figuier a les traits du disciple qui ne porte pas les fruits de la vie divine qui circule en lui. Le thème de la conversion y est toujours présent, mais il est abordé du point de vue de Dieu : le vigneron invite le Seigneur à user de patience et à avoir confiance dans le potentiel de vie de l’homme-figuier; un potentiel qui saura bien se déployer moyennant les soins intensifs et attentionnés qu’il lui prodiguera. En revanche, cette patience et cette confiance respectent la liberté de l’homme-figuier qui devra prendre ses responsabilités pour vivre comme un disciple qui permet à la Parole de porter du fruit. À terme, on rejoint un autre dicton : Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

Yves Guillemette, ptre

 

Pensée de la journée :

Ayons confiance en la miséricorde de Dieu et prenons nos responsabilités pour que son amour produise ses fruits dans notre vie.

 

Pensée de la semaine :

La confiance que nous mettons en quelqu’un est l’une des clés les plus importantes pour que sa vie s’ouvre à tout le potentiel qu’elle contient.

 

 

Hits: 25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 
%d blogueurs aiment cette page :
Click to listen highlighted text!