Feuillet du 28 avril 2019

Dimanche 28 avril : Deuxième dimanche de Pâques ou de la Miséricorde année C 

LAMPE DU SANCTUAIRE Personne

INTENTIONS DE PRIÈRE

 NOS DÉFUNTS

 

Dimanche 28 avril

9h: Feu Michel Brochu–la famille

  

Mercredi 1 mai

8h30: Feu Léo Demers–ses filles

 

Dimanche 5 mai

9h: Feu Monique et Léopold Bastonnais–enfants et petits enfants

 

ÉVÈNEMENT À CÉLÉBRER

Bruch des chevaliers de Colomb: dimanche 5 mai à 9:00

 

Chacun de nous est Thomas 

Quand nous lisons les récits concernant la résurrection de Jésus, nous avons l’impression que les premiers témoins de la résurrection ont été, en quelque sorte, forcés de croire. Nous nous laissons emporter par des mots concrets comme voir, toucher, manger qui attestent simplement que celui qu’on appelle le Ressuscité est bien celui qu’on a vu crucifié sur la croix.

L’évangile de Matthieu rapporte que même en voyant ce que les autres voyaient certains eurent des doutes. Certains ont cru, d’autres n’ont pas cru. Tous ont vécu la même expérience : l’enthousiasme de la prédication de Jésus, la détresse de sa mort, puis la peur et la désespérance. Quand Luc raconte le cheminement de foi des femmes au tombeau, l’adhésion au Ressuscité advient quand elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites. De même, aux disciples d’Emmaüs, l’inconnu explique que l’espérance est possible à partir de toutes les Écritures. Jésus reproche aux croyants le refus de croire ce que les prophètes ont dit.

Bref, la résurrection de Jésus n’est pas un constat journalistique. C’est l’objet d’un cheminement et d’une expérience. Spontanément, la résurrection est une chose impossible, une illusion. Pour comprendre, les premiers témoins doivent revenir à leur expérience des prophéties et des Écritures : l’espérance est possible, Dieu est fidèle. Alors oui, l’expérience du ressuscité (la joie, la paix, le rite posé) peut se dire.

Nous sommes tous Thomas. Pour découvrir le Ressuscité il faut aller au bout de soi-même, de sa quête, de son désespoir, de l’Écriture, celle de la Bible et celle de toute notre vie, pour entrevoir que Jésus est le Vivant. Oui, cela est possible. Jésus accomplit notre attente la plus profonde, notre désir le plus absolu : vivre au-delà de la mort. Alors, le déclic se fait : Jésus est le Vivant. Mon Seigneur et mon Dieu.

André Beauchamp

 

Pensée de la journée :

Dans un monde surprogrammé, Dieu vient bousculer nos prévisions en réalisant l’imprévisible : un homme vit au-delà de la mort. C’est la fête de l’espérance, c’est la fête de la vie.

 

Pensée de la semaine :

Le Christ est véritablement notre route, notre passage, notre Pâques. Tout cela est exprimé dans les paroles mêmes du Seigneur :

« Nul ne va au Père que par moi. Je suis la voie, la vérité et la vie ».

André Gros

 

Hits: 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 
%d blogueurs aiment cette page :
Click to listen highlighted text!