Feuillet du 1er novembre 2020

FEUILLET PAROISSIAL
DU DIMANCHE 1er NOVEMBRE 2020

31e Dimanche du temps ordinaire  

LAMPE DU SANCTUAIRE :
Gérald Maher –
Faveurs obtenues

INTENTIONS DE MESSES POUR NOUS DÉFUNTS

Dimanche 1er novembre à 9h30
Rita et Jeannine Blais –  Jacqueline Blais Maher et Gérald

Mercredi 4 novembre à 8h30
Florence Charland – Parents et amis

Dimanche 8 novembre à 9h30
Louida Payeur – Parents et amis
Roger Hébert – Monique Hébert

Mercredi 11 novembre à 8h30
Lucette Dorval – Parents et amis

FAITS ET ÉVÈNEMENTS SAILLANTS À L’AGENDA

1. Nous célébrons aujourd’hui la solennité de  TOUS LES SAINTS. Cette fête rappelle aux chrétiens à la suite du Christ l’exigence de faire de chaque jour de notre vie humaine un temps et une opportunité de de sanctifier notre vie et  toute activité, dans la mesure où elle se déplie dans cet espace présent en pleine communion avec les saints en général et son saint patron en particulier.  Nous exhortons nos paroissiens à choisir parmi  une multitude de saints, d’en choisir non forcément son Saint patron, pour en découvrir les traits de profil, les aspects de sa vie, ses valeurs vertueuses pour nous en imprégner.

  1. Messe de commémoration de tous les fidèles défunts

Nous voulons également, pour une raison pastorale et conformément à l’habitude instaurée dans notre paroisse nous souvenir de TOUS NOS FIDÈLES DÉFUNTS. Cette solennité intervient chaque année le 2 novembre. Le message auquel cette fête ouvre nos cœurs, c’est que l’amour infini de Dieu  réussit, avec la résurrection de Jésus notre Seigneur, l’horizon obscur de la mort d’un être humain. Et ranime en chaque chrétien l’espérance de la plénitude de vie  auprès de Dieu en et par Jésus, sorti vainqueur du tombeau. 

Compte tenu des circonstances  contraignantes qui nous sont imposées par le Covid-19, nous nous contenterons seulement des listes de noms des défunts et au besoin de leurs photos. Nous prierons pour eux tous, en  les confiant à Dieu  miséricordieux et maître de leur vie, sans forcément la présence physique en ce lieu de leurs proches parents.

COVID-19 : Mgr l’Archevêque nous invite toujours à prudence.

Sherbrooke, le 26 octobre 2020

Nous vivons encore dans un contexte très particulier, toujours à cause de la Covid-19. Même si nous nous habituons, malgré tout, il faut rester vigilant. Partout la prudence est de mise, surtout dans les milieux de travail.

Tout comme plusieurs citoyens, nous vivons un certain stress et nous devons toujours réorienter, réorganiser ou repenser nos planifications. «Selon vos possibilités, vous pouvez reprendre certaines activités ou célébrations, mais toujours en respectant à la lettre les consignes sanitaires qui nous concernent.
«J’entends dire aussi que plusieurs belles initiatives ont été prises pour créer des chemins nouveaux de parcours et de formation à la vie chrétienne, je vous en félicite.

Merci de votre collaboration !

Luc Cyr, Archevêque de Sherbrooke

SOUFLE DES PAROLES DE DIEU DE CE DIMANCHE

1ère lect : Apocalypse ( 7,2-4,9-14)« Voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus peuples et langues. Ils se tenaient  debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. ET ILS S’ÉCRIAIENT D’UNE VOIX FORTE : « Le salut appartient à notre Dieu qui siège sur le Trône et à l’Agneau!»

 Psaume : 23(24) :« Voici le peuple de ceux  qui cherchent ta face.»

 2ième lect : Jn 3,1-3) : « Nous lui serons semblables, car nous le verrons tel qu’il est. Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même.»

Évangile :  Matthieu (5,1-12) « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume  des Cieux  est à eux.»

Point de méditation

            Une multitude d’êtres humains habités tous par l’espérance.

  1. Qui sont-ils ces saints dont nous célébrons la mémoire en cette solennité de tous les Saints? Saints, ils le sont devenus. L’Église leur a reconnu cette qualité plus qu’humaine, une vertu qui revient d’emblée à Dieu qui la leur accorde par sa grâce divine. Que nous dit la parole de Dieu de ce dimanche à leur sujet? Une multitude, une foule d’êtres humains et nullement des extra-terrestres ayant un corps, une âme et un esprit de monsieur et madame tout le monde. Ils ont partagé et continuent de partager notre vie sur cette terre, dans les mêmes  conditions de notre vie humaine, marquée par de bien grandes qualités et valeurs mais aussi  limites et de fragilité, par les expériences de bonheur, de joie mais aussi de peine, d’épreuve, de tristesse, de souffrance et de la mort.  Ils forment une mosaïque des nations, de peuples, tribus, groupes divers auxquels ils appartiennent et desquels ils ont été triés.
  2. Sur base de quels critères et mérites personnels? L’apocalypse de St-Jean livre un premier trait du profil de cette catégorie de personnes : ils portent la marque du sceau de Dieu, signe de leur qualité de serviteur de Dieu et de son peuple. Ailleurs  Jean les appelle enfants de Dieu, qui lui sont semblables. Bien plus, il les reconnait  être habités par une espérance de la vie divine à laquelle ils aspirent.
  3. C’est surtout dans son enseignement évangélique, consacré aux béatitudes et joies de ses disciples, que Jésus décline, en des termes précis, les vertus ainsi que le lot d’épreuves et tribulations qui valent à certains êtres humains le  titre de «saint». Des personnes  pauvres de cœur, qui pleurent,  des gens au caractère doux, voire ceux  qui ont faim, non seulement de nourriture physique, mais aussi de l’amour, de justice, de paix, sans oublier les artisans de paix, les victimes des persécutions, guerres et  toutes sortes d’exactions. La liste peut s’avérer très longue. Il se dégage de ce tableau peint par Jésus que la béatitude ou don de la sainteté  est une grâce ouverte à toutes les catégories d’êtres humains, quelques soient leurs conditions, situations, classes sociales, milieux.  Il s’agit d’un don, une grâce que Dieu se réserve le pouvoir  souverain  d’accorder dans sa souveraine volonté divine à quiconque est qualifié et le mérite à ses  yeux pour la gloire et l’honneur de son Saint Nom. 

4.Mais que  dire et penser alors de la  tradition séculaire de l’Église catholique d’organiser la pratique des procès  et du rite de reconnaissance de la sainteté canonique au bénéfice de certains de ses fidèles, proposés comme modèles de serviteurs de Dieu et de son peuple, en raison de leurs parcours de vie  et engagements et témoignages chrétiens édifiants ?   C’est un autre aspect de la réflexion amorcée sur le sujet, qui vaut la peine d’être approfondi.

Bernard Mutombo

Feuillet du 1er novembre 2020

 

 

 

 

 

 

Vues : 14

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 
%d blogueurs aiment cette page :
Click to listen highlighted text!